La Société Perpétuelle

Created on 2016-12-09 20:56

Published on 2016-12-09 21:13

En cette période de crise, nous nous demandons systématiquement qu’elles en sont les causes, qui sont nombreuses. Celles-ci incluent les faibles marges des entreprises provenant des lois de la concurrence.

Les faibles marges engendrent un manque de réserves, et donc on privilégie le court terme par rapport au long terme. Le raisonnement est simple: il n'y a aucune raison de penser à long terme alors que l'on est pas sûr d'exister demain.

L'urgent prime donc sur l'important.

Et si nous repensons l’élément fondamental du capitalisme sans changer ses fondements, parce que jusqu'à présent, il reste le meilleur système politique, ou si l’on veut rester critique, le moins mauvais.

Cet élément fondamental est l'entreprise au sens de l’entité juridique.

Selon l'idée générale et indépendamment des taux d'échec énormes, l'entreprise a généralement tendance à croître, puis, dans un premier temps, à avoir un flux de trésorerie positif, pour ensuite devenir rentable.

Si on mettait à part les difficultés lors de sa création, l'entreprise pourrait se concentrer exclusivement sur la qualité au lieu de se concentrer sur sa propre survie.

Imaginez une entreprise organisée comme une fondation.

Lors d’une première souscription publique ou privée, le capital initial pourrait être d’un montant élevé, par exemple cent millions de dollars.

Son budget annuel incluant la taxe ne pourrait excéder ses actifs en espèces multiplié par le taux d'intérêt annuel en pourcentage garanti par ses banques collectivement.

Par cette formule, nous créerions une entreprise que j'appelle perpétuelle, car en dehors des impondérables tels que les passifs ou les hausses fiscales, la société pourrait théoriquement durer des siècles ou même indéfiniment.

Tant que l’inégalité qui dit que le budget de fonctionnement doit toujours être inférieur au revenu sans risque produit par l’investissement sera vérifiée, il n'y aura aucun risque autre que ceux attachés à l’investissement.

Si nous imaginons un investissement dans les bons du Trésor américains, ce risque serait faible voire négligeable. Il serait limité à défaut en cas de Guerre mondiale. De plus, il serait assurable.

Réalisez-vous ces avantages compétitifs de la Société Perpétuelle ?

1. La direction pourrait toujours penser à long terme.

2. Elle aurait un pouvoir de négociation illimité dans la mesure de ses moyens.

3. Ainsi elle n’aurait jamais à accepter un accord de compromis.

4. Sa croissance en bourse serait stable.

5. Personne ne devrait s'inquiéter de l'existence de l'entreprise.

Je pourrais continuer pendant des heures sur la qualité de ce nouveau type d'entreprise.

Seulement deux questions restent :

1. Qu’en pensez-vous?

2. Qui veut créer la première Société Perpétuelle avec moi ?

Après avoir publié cet article, le meilleur homme d'affaires que je connaisse m'a dit que ceci avait un parfum "communiste" parce qu'on enlevait toutes sortes de compétitivité et d'orientation vers des objectifs et des récompenses.

Après y avoir réfléchi pendant trois semaines, j'en ai conclu que, même si son avis avait un mérite très élevé d’un point de vue différent, rien ne nous empêchait de fixer des objectifs à court terme comme des réalisations intermédiaires d'un objectif à long terme et de préserver la compétitivité et les récompenses.

En passant, la (première) Société Perpétuelle est sur le point d'être construite ...