Contrat de Travail & Modernité: le Contrat de Participation en Industrie

Created on 2016-06-10 11:17

Published on 2016-06-26 13:44

Je sais par avance les critiques et les foudres que mon article va soulever, mais il est temps de voir la réalité en face: 

Par les lois sur la libre concurrence, les législateurs ont voulu protéger le consommateur, traduisez par protéger sa capacité à être taxé plus fort.
Les résultats sont là: les entreprises n'ont plus de marges et donc plus de réserves. Dans ces conditions, il est difficile de maintenir des coûts fixes à long terme et notamment celui des salaires.

Si le contrat de travail a longtemps vécu, force est de constater qu'il n'a pas bien vécu pour longtemps et qu'il vieillit fort mal.

On peut d'ailleurs légitimement s'interroger sur l'attachement suspect de l'État et du monde politique à ce contrat. Ils cherchent à mutualiser le risque en matière d'assurance sous toutes ses formes, mais rechignent à laisser un employeur diminuer ou mutualiser ses risques et empêchent carrément l'employé de prendre des risques.

Non, l'entrepreneur, le patron, le propriétaire au singulier et le conseil d'administration et les actionnaires au pluriel doivent tout assumer. Pourquoi?

L'employé doit-il rester inconscient? Doit-il s'en remettre aux politiques et à l'état pour qu'il y ait un marché de l'emploi et qu'il reste un électeur assidu ?

Raisonnons: Si nous partagions les risques entre les propriétaires/dirigeants et les employés, nombre de problèmes disciplinaires ou de motivation ne se poseraient plus.

Contrat de Participation en Industrie

L'idée nouvelle derrière ce contrat est d'augmenter le salaire de l'employé contre d'une part une prise de risque et d'autre part une obligation de performance ou de résultat. Ainsi une part de rémunération dépendra directement principalement de la productivité de l'employé et accessoirement du résultat de l'entreprise.

Avant de développer tout le concept que j'ai élaboré et comme je suis encore en phase de réflexion, j'aimerais savoir ce que vous en pensez, pour autant que ce soit exprimé de manière constructive.